Royale Union
St-Gilloise
Cops


... ou les aventures des "Cops" au sommet de la Butte



vers la page principale du site de ce scheile de Citoyen


Un peu d'histoire

L'aventure des "Cops" au sommet de la butte remonte à la nuit des temps, c'est à dire à environ neuf longues années (J'en entends déjà me contredire).

On ne sait vraiment ce qui a pu pousser cette élite à fréquenter les "hauteurs des pourtours" mais les mauvaises langues diront que c'est tout simplement que la glorieuse tribune populaire est munie en son sommet d'une fringante buvette, ce qui lui confère donc un attrait particulier.

Il faut cependant reconnaître une certaine truculence à ce groupe constitué en majorité d'apothicaires plus prétentieux les uns que les autres et qui aiment à s'affubler en toutes circonstances d'un dangereux chimiste anciennement mis à la question par de nombreuses polices du royaume pour ses activités subversives que nous ne nommerons pas, c'est à dire le lancer de canettes du haut des plus hautes tours du dit royaume. (Veuillez consulter les greffes pour vérification des objets des délits).

Bref, si la prime motivation de ces trublions ne fait aucun doute, il faut tout de même reconnaître qu'aux fils des ans, il sont lentement parvenus à s'intéresser à ce qui se passe sur le terrain au point de se prendre pour ce que le Grand Robert appelle des supporters, des supporters de salon, certes, mais des supporters quand même.

Pour le reste , on leur reconnaît dans les plus hautes sphères un sens stratégique inné pour ce qui est d'occuper un positionnement des plus favorables dans les meilleurs débits de boissons qui ont pour mission d'abriter ces après-match que les béotiens nomment troisième mi-temps.

Union - Namur (18/01/2004)


Le groupe

Voici donc ceux que nous ne nommeront pas :

Tout d'abord, Al le Nantais : le professeur et maître stratège incontesté du positionnement. Insensible aux variations thermiques, il peut être, quand les conditions le permettent, affublé de sa moitié de Fée (Madame la Fée du logis pour les intimes) dont tous reconnaissent le sens de la gestion familiale lorsqu'elle entonne son cri de guerre favori : "Alain, maintenant on rentre".

Ensuite vient l'homme de main du couple précité, le judas tournaisien local, Buch, (prononcer Bûche et pas bouche comme l'autre crétin) comme on se plaît à le surnommer, qui de toute façon finira à un moment ou l'autre par s'endormir, non sans avoir profité de la distraction de l'auteur de ces lignes pour lui piquer son écharpe favorite. (Ouais, je sais, tu me l'as rendue NDLA).

Le larron suivant répond au doux nom de Gromiko ou encore Mikael. On le prétend beau mais c'est à mon avis une question de point de vue. Il vous donnera l'impression de s'intéresser à tout, mais c'est en fait pour taire sa grande ignorance du vécu. Sa compagnie est toutefois fort agréable, surtout pour ce qui est de ses contacts privilégiés avec nos pandores bien-aimés.

Le suivant de ces messieurs, Roger, pour ne pas le citer, lui s'intéresse vraiment au football, bien qu'en dehors des couleurs unionistes le reste de ses goûts est fort discutable. Mais bon, toujours jovial et l'oeil vif, notre ami est le camarade rêvé quand il s'agit d'honorer le patrimoine culturel universel. Il peut heureusement s'appuyer sur son infatigable coursière qui lui sert aussi d'épouse. Martine maîtrise en effet avec brio le trajet Huy - StGilles - Huy.

Vient ensuite un tandem de Mouscron qui se demande toujours comment il ont pu échoir de leur Hainaut quasi natal parmi la troupe de dégénérés pré décrits. Parce que, si Monsieur, Pélo et Chacha, eux viennent pour regarder le match. Ils n'en restent pas moins de très utiles messagers quand il s'agit de s'occuper du débit de boisson qui trône au sommet de la butte.

Le nouveau, Fred Certain souvent affublé de son Tommet a comme principe de croquer la vie du côté le plus reposant, ce qui lui confère un air de dandy dépassé. Les plus mauvaises langues diront de lui qu'il ferait bien mieux de bien se couvrir plutôt que d'opter pour l'érythème calvitieux comme il le fait trop souvent.

Et puis .... doit-on vraiment décrire l'helvète, auteur de ce lamentable site. En fait le Citoyen est un record vivant, pour ce qui est du nombre de minutes passé à rêvasser ou faire "autre chose". Tout en fait, sauf s'intéresser au match. Mais bon, cet abruti paye ses pintes comme tout le monde et est est dès lors toléré dans le groupe.

Et que les absents de cette liste me pardonnent, de toutes façon, ils ont toujours tort.



vers la page principale du site de ce scheile de Citoyen


Copyright © 2004 Le Citoyen Helvétique - Tous droits réservés
Révision : 06 janvier 2005